Politique de rétention : en commettant ces erreurs, vous perdrez vos meilleurs collaborateurs

Publié par Robert Half 01/02/2017

Lorsque des employés talentueux quittent l'entreprise, il serait judicieux de vous pencher sur les raisons de leur départ (cela est possible par le biais d'un entretien de départ), et d'en dresser ensuite un aperçu synoptique. Peut-être découvrirez-vous un aspect qui exige certaines améliorations au sein de votre organisation - par exemple dans votre politique de rétention et stratégie RH. Comment veiller à ce que les talents ne partent pas ? Voici quelques recommandations.

 

1. "Une formation ? Pas le temps"

Les travailleurs intellectuels motivés ont besoin de nouvelles connaissances et notions afin de consolider leurs propres idées. Une idée mène à l'action et au changement dans tous les domaines possibles. Une formation en gestion du temps débouche sur un flux de travail plus efficace. En effet, un collaborateur qui, grâce à une formation, se spécialise dans un aspect particulier de son travail en retirera (nous l'espérons) une motivation accrue. En ce qui concerne le manager, il améliorera son approche après avoir suivi une formation ciblée en communication. Faites en sorte que vos employés puissent bénéficier de ces formations. N'hésitez pas à les accompagner d'un suivi précis. Enfin, une attention insuffisante ou un manque de temps pour la formation entraîne une démotivation de la part des meilleurs collaborateurs.

2. Ne laissez pas la totalité de la politique de rétention entre les mains du service RH

Une stratégie de rétention doit être appliquée par tous les managers et non uniquement par le personnel exécutant du département des ressources humaines. Pour empêcher les collaborateurs de quitter l'entreprise, il ne suffit aujourd'hui plus d'avoir un entretien d'évaluation annuelle ou d'octroyer une augmentation salariale. Les véritables gestionnaires du personnel suivent toujours leurs employés de près : ils parlent régulièrement avec eux, établissent des priorités claires, communiquent ouvertement à propos de l'évolution quotidienne des choses et de la vision à long terme de l'entreprise, et leur demandent aussi un feedback. La relation entre l'employeur et l'employé ne peut pas être une voie à sens unique. Si tel était le cas, vous risqueriez alors que vos collaborateurs ne fassent pas long feu.

3. Vous devez partager les informations

Les employés qui ne sont pas informés des tenants et aboutissants de certaines décisions de la direction ne se sentiront pas impliqués dans l'organisation et cela a un effet démotivant. Partagez donc toujours les informations et les raisons sous-jacentes avec tout le monde et ne les réservez pas seulement à la direction. Le syndrome de la tour d'ivoire n'est jamais très loin.

4. Mélangez les équipes

Veillez à ce que des collaborateurs de tous âges travaillent ensemble. Composez des équipes hétérogènes dans lesquelles  se retrouvent différentes personnalités, compétences et connaissances. Le management générationnel occupe une place prépondérante si vous voulez que des collaborateurs de différents âges collaborent correctement. Ainsi, un employé issu de la génération Y  cherchera un sens à son travail alors qu'un baby-boomer accordera une importance capitale à la loyauté et un millennial s'attendra surtout à jouir de flexibilité.

5. Rendez votre entreprise agréable

Les collaborateurs qui se sentent bien dans l'exercice de leur fonction travaillent mieux. Par conséquent, ne sous-estimez pas le facteur "fun". Cet aspect ne lie pas uniquement vos collaborateurs actuels à votre entreprise, mais il joue aussi le rôle d'aimant pour de futurs collègues potentiels. Les employeurs malins s'empressent dès lors de publier sur Facebook, LinkedIn ou Instagram leurs activités en équipes et d'autres animations axées sur les collaborateurs.

Enfin, voici quelques points qui contribuent incontestablement à une ambiance de travail agréable : des activités en équipe (pendant et en dehors des heures de bureau), du mobilier de bureau correct, des repas sains, du bon café, des endroits de travail tranquilles où des collaborateurs peuvent s'isoler, une table de ping-pong ou un espace musculation, des heures de travail flexibles, la possibilité de travailler à domicile...

Plus d'articles...