4 conseils pour former votre nouveau collaborateur

Publié par Robert Half 06/06/2017

Accueillir un nouveau collaborateur constitue toujours un pari (calculé), même si la personne en question a été triée sur le volet et si votre procédure de recrutement est parfaitement au point. La nouvelle recrue s’est peut-être présentée comme un génie formidable et ambitieux qui hissera votre entreprise vers des sommets jamais atteints. Il se peut aussi que votre nouveau collaborateur s’avère tenir plus du robot (qui exécute scrupuleusement ses tâches, mais rien de plus) ou soit carrément improductif. Les nouveaux employés arrivent chez vous avec leurs propres personnalité et compétences. Cependant, une formation efficace vous permettra de métamorphoser votre nouveau talent en cet ambitieux génie qui manquait à votre société.

1.     Investissez le temps nécessaire dans votre nouveau collaborateur

Le succès de votre entreprise dépend des personnes qui y travaillent. Cela signifie que consacrer du temps aux nouveaux collaborateurs devrait être une priorité absolue (mais pour laquelle vous pouvez vous faire aider par les autres membres de l’équipe). Pourquoi ne pas prendre connaissance de la procédure d’onboarding et de formation ? Vous avez bien entendu une idée de ce que vous attendez des nouveaux collaborateurs, mais savez-vous si leur formation reflète fidèlement vos attentes ? Il convient par ailleurs de sonder d’autres collaborateurs pour pouvoir couvrir sans délai les questions les plus fréquentes ou les problèmes courants.

2.     Les premières semaines : période de rodage

Démarrez la formation d’un nouveau collaborateur en douceur, sous peine de le décourager ou de le prendre de court dès le départ. De plus, les instructions spécifiques seront moins bien mémorisées si elles croulent sous une montagne d’informations. Vous pouvez soutenir votre nouvelle recrue en lui fournissant directement la documentation nécessaire, comme un mémorandum des processus et un manuel de formation qui lui permettront de se lancer de façon autonome.

Chaque personne a bien entendu son propre rythme, mais si aucun problème ne se pose, vous ne serez plus obligé(e) de faire travailler votre nouvelle recrue en-dessous de son niveau : il s’agit donc de lui permettre d’être opérationnel et de l’impliquer le plus rapidement possible.    

3.     Le droit à l’erreur

La plupart des gens ne sont pas capables de retenir des instructions détaillées avant d’être passés à la pratique. Il ne suffit donc pas de donner des explications théoriques (et insister pour que le collaborateur prenne des notes) : faites en sorte que la personne puisse passer à la pratique le plus tôt possible et ne vous attendez pas à ce que tout soit parfait dès la première fois.

Les nouveaux collaborateurs doivent avoir conscience qu’échouer n’est pas un drame.
Ils commettront inévitablement des erreurs et il est important qu’ils aient droit à l’erreur. Tant qu’ils craignent d’échouer, ils ne prendront pas d’initiatives et n’assumeront pas de responsabilités.

4.     Prévoyez des moments de feedback et de contact

Il va de soi que les nouveaux collaborateurs n’aiment pas avoir l’impression qu’ils ne sont qu’un petit rouage d’une grande chaîne. Pour éviter cela, accordez-leur suffisamment d’attention et informez-vous régulièrement sur leur expérience et leur ressenti. Une réunion hebdomadaire peut être envisagée durant les premiers mois afin qu’ils sentent que vous êtes là pour eux.  

Il arrive souvent que de nouveaux collaborateurs veulent d’emblée marquer leur empreinte alors qu’ils manquent encore de connaissances sur l’entreprise ou le secteur pour réellement apporter de bonnes idées. Évitez toutefois de les décourager.

Plus d'articles...