Le marché de l'emploi en 2023 : 5 tendances

Publié par Robert Half le 13/10/2022
Temps de lecture : 3 minutes

Tandis que la crise sanitaire est enfin derrière nous, le marché de l’emploi est à nouveau en pleine effervescence. La plupart des entreprises belges envisagent l’avenir avec confiance, sans pour autant être totalement sereines. Elles sont préoccupées par la pression salariale, la nécessité d’attirer et de retenir les talents, et la difficulté de trouver les bonnes compétences. Les recherches menées dans le cadre de notre Guide des Salaires ont mis au jour cinq tendances qui caractériseront le marché du travail en 2023.

1. Confiance en l’avenir malgré un climat incertain

Au total, 7 entreprises belges sur 10 disent aborder l’avenir avec confiance. Pour soutenir leur croissance, elles sont à la recherche de nouveaux collaborateurs, permanents ou intérimaires. En dépit du nombre élevé de chercheurs d’emploi, 44 % des entreprises estiment qu’il sera bien plus difficile de trouver de nouvelles recrues par rapport à l’an dernier. Au vu des tensions actuelles sur le marché du travail, les candidats reçoivent souvent plusieurs offres à la fois, ce qui leur laisse l’embarras du choix. Les entreprises doivent donc redoubler d’efforts pour attirer les talents.

2. Les salaires sous pression, focus sur les avantages extra-légaux

L’inflation entraîne une pression sur les salaires, et une augmentation des coûts de la main-d’œuvre. Une situation qui inquiète les employeurs : 30 % d’entre eux pensent qu’il sera difficile d’accorder une augmentation de salaire en plus de l’inflation. Par ailleurs, la concurrence s’intensifie et cela accroît la pression sur les propositions salariales. Bon nombre d’entreprises sont confrontées à des collaborateurs qui demandent un salaire plus élevé après avoir reçu une proposition d’une autre entreprise. Elles sont donc parfois contraintes de faire des contre-offres (coûteuses) pour garder leurs talents à bord.

La rémunération n’est pas le seul moyen d’attirer les candidats adéquats. Les avantages extra-légaux jouent également un rôle important, particulièrement maintenant que le coût de la vie augmente. Les avantages extra-légaux les plus souvent accordés sont le 13e mois (62 %), les chèques repas (62 %), l’assurance hospitalisation (60 %), la prime annuelle (57 %) et l’assurance collective (56 %). Parmi les autres avantages qui peuvent rendre le package salarial encore plus attractif, citons l’indemnité financière pour le télétravail (33 %), l’allocation pour vélo électrique (33 %), la prolongation du congé de paternité (30 %) ou l’assurance ambulatoire (28 %).

3. La flexibilité est indispensable dans tous les domaines

Lorsqu’il s’agit d’attirer et de retenir des employés, la flexibilité qu’offre l’employeur est aujourd’hui souvent décisive. À l’heure actuelle, la plupart des entreprises attendent de leurs collaborateurs qu’ils viennent au bureau un ou plusieurs jours par semaine. Les candidats n’y voient aucun inconvénient, à condition de bénéficier d’une flexibilité suffisante en contrepartie. Ce n’est pas le cas ? L’entreprise risque alors de perdre des talents, car ces derniers n’hésiteront pas à refuser une offre si elle présente trop peu de flexibilité. Environ 22 % des entreprises se disent préoccupées par cette situation.

Elles réalisent qu’elles doivent, plus que jamais, offrir des conditions flexibles à leur personnel. Par conséquent, elles explorent aussi de nouveaux modes de travail flexibles, comme le travail à temps plein ou partiel depuis l’étranger (54 %), le raccourcissement de la semaine de travail (30 %) ou l’allongement du temps de travail hebdomadaire en échange de plus de jours de congé (28 %).

4. Une nouvelle approche pour attirer et retenir les talents

Entre la relance économique et la pénurie de collaborateurs adéquats, bon nombre d’entreprises se débattent avec une charge de travail importante, une hausse du stress et de nombreux cas de burn-out. Si l’on ajoute à cela la concurrence croissante, on comprend que de nombreuses organisations belges soient préoccupées par la rétention de leur personnel. Elles doutent également de leur capacité à attirer de nouveaux collaborateurs. Pour remporter la guerre des talents, elles misent de plus en plus (outre un salaire attractif) sur les possibilités d’évolution de carrière, le travail flexible, la qualité de la politique RH et les primes à l’embauche.

5. Les compétences clés sont les plus difficiles à trouver

Les entreprises en attendent beaucoup de leurs collaborateurs. Elles persistent trop souvent à chercher « la perle rare » qui aura toutes les qualités requises pour un poste déterminé. La capacité d’adaptation, le leadership et la créativité sont des compétences très prisées, mais on les trouve rarement toutes chez un seul candidat. Au fil du temps, les entreprises s’en rendent compte et revoient quelque peu leurs exigences. Elles indiquent recruter de plus en plus de personnes adaptées à la culture de l’entreprise, même si elles ne cochent pas toutes les cases. Les candidats qui se montrent motivés, capables de travailler en équipe et désireux d’apprendre partent avec une longueur d’avance.

Découvrez les tendances salariales en consultant notre Guide des Salaires 2023.

Combien devrais-je gagner - ou proposer ?

Découvrez de manière accessible et interactive tout ce que vous devez savoir sur les salaires de départ de nombreuses fonctions, ainsi que les dernières tendances du marché du travail pour des postes dans les domaines suivants : administration, RH et service client ; finance et comptabilité ; IT et gestion de projet et intérim management.


Bénéficiez des conseils des experts en recrutement de Robert Half pour constituer une équipe de collaborateurs talentueux ou pour faire avancer votre carrière. Avec plus de 300 bureaux à travers le monde, avec 12 bureaux en Belgique et au Luxembourg, dont notre bureau de recrutement à Bruxelles, Robert Half peut vous aider à recruter des profils de cadres où et quand vous en avez besoin.

Plus d'articles...