Un mauvais recrutement peut coûter cher à l’entreprise

lun, 03/23/2015

Bruxelles, le 24 mars 2015 – Les entreprises qui recrutent nourrissent des attentes spécifiques à l’égard de leurs futurs collaborateurs. Les candidats ne répondent hélas pas toujours à ces attentes : la majorité (70 %) des responsables RH belges ont déjà engagé un candidat qui ne répondait pas totalement à leurs attentes. Selon eux, le départ des collaborateurs serait même dans 11 % des cas imputable à une mauvaise décision de recrutement. Tel est ce qui ressort d’une récente enquête internationale réalisée par le bureau d’études indépendant Market Probe à la demande du cabinet de recrutement spécialisé Robert Half, à laquelle 200 responsables RH belges ont participé.

  • 70 % des responsables RH belges ont déjà engagé un candidat qui ne correspondait pas totalement à leurs attentes
  • Dans 11 % des cas, les départs de collaborateurs sont imputables à une mauvaise décision de recrutement
  • Pour 56 % des répondants, la principale conséquence d’une mauvaise décision de recrutement est une perte de productivité

L’entreprise tout entière paie les conséquences d’un mauvais recrutement

Une erreur de recrutement a des répercussions à tous les niveaux de l’entreprise : collègues, département, direction, clients et même l’organisation dans son ensemble. Selon 56 % des responsables RH interrogés, les pertes de productivité sont la principale conséquence d’une mauvaise décision de recrutement. 20 % sont par ailleurs convaincus que les collaborateurs incompétents exercent une influence négative sur le moral de leurs collègues. Pour 18 % des répondants, les erreurs de recrutement se soldent surtout par des coûts (supplémentaires). Ces coûts sont pour l’essentiel liés au lancement d’un nouveau  processus de recrutement, au paiement d’un salaire excessif par rapport aux prestations fournies et à la formation, ainsi qu’au temps que les collègues et les dirigeants doivent investir dans l’initiation et la formation de la nouvelle recrue.

 

Frédérique Bruggeman, Managing Director de Robert Half BeLux, commente ces résultats : « La précipitation ou encore le fait que les personnes adéquates n’aient pas été impliquées dans le processus de recrutement sont souvent à l’origine d’erreurs de recrutement. Il faut pourtant savoir qu’une mauvaise décision de recrutement a des répercussions plus graves que le remplacement du poste par un candidat compétent. Une bonne alternative, surtout en cas d’urgence, consiste à s’attacher les services d’un collaborateur à titre temporaire. De cette manière, l’entreprise préserve sa productivité pendant qu’elle cherche le collaborateur permanent le plus adéquat. Il n’est en outre pas rare que le renfort temporaire se voie offrir un contrat fixe au terme d’une période d’intégration réussie. »

 

 

 

Optimiser le processus de recrutement

79 % des responsables RH interrogés peinent à trouver des professionnels qualifiés. La pénurie de spécialistes (48 %), le manque de compétences commerciales et de gestion (26 %) et une concurrence particulièrement vive (15 %) en sont les trois principales causes citées par les responsables RH belges.

 

« Sur un marché du travail où la demande en spécialistes et en professionnels possédant une expertise spécifique est supérieure à l’offre, il est extrêmement difficile de mener un processus de recrutement optimal. Pour minimiser le risque d’erreur de recrutement et les coûts qui en découlent, les employeurs doivent régulièrement réévaluer leurs processus de recrutement et les adapter aux évolutions du marché de l’emploi », conclut Frédérique Bruggeman.

 

 

Signaux d’avertissement d’un recrutement raté

Plus tôt l’entreprise reconnaît les signaux d’avertissement, plus vite elle peut prendre les mesures correctrices qui s’imposent.

 

 

Téléchargez le guide « Management Insights : Bon choix ! Toutes les clés pour réussir vos recrutements » pour découvrir d’autres résultats de l’enquête et conseils.

 

 

Note à la rédaction

 

À propos de l’enquête

Cette enquête est une initiative de Robert Half et a été menée entre décembre 2014 et janvier 2015, sous anonymat, par Market Probe, bureau indépendant d’études, auprès de 200 directeurs RH dans toute la Belgique. Cette étude est effectuée dans le cadre de l’enquête internationale workplace survey, qui porte sur les tendances en matière d’emploi, la gestion des talents et les tendances sur le lieu de travail.

 

À propos de Robert Half

Membre de S&P 500, Robert Half est le premier et le plus grand cabinet de recrutement spécialisé au monde. Fondée en 1948, la société compte plus de 325 bureaux répartis aux quatre coins de la planète, dont 11 en Belgique. Robert Half propose des solutions de recrutement sur mesure, qu’il s’agisse de missions temporaires, permanentes ou d’intérim management, pour les professionnels de la finance et de la comptabilité, ainsi que des services financiers (secteur de la banque et des assurances), de l’IT, de l'administration et des matières juridiques. Robert Half garantit un service complet et une approche personnalisée. Plus d’infos sur roberthalf.be 

Document: Communiqué de presse - 70 % des responsables RH belges ont déjà engagé un candidat qui ne correspondait pas totalement à leurs attentes

Partagez cette page