Les entreprises de Flandre-Occidentale font leur « Tour de Wallonie » : explications sur la quête de talents de la Flandre-Occidentale, par Robert Half

mar, 01/24/2017

L’économie de Flandre-Occidentale est en pleine expansion. La guerre des talents y fait rage, à tel point que nombre d’entreprises ne trouvent plus de travailleurs dans leur propre région. Voilà pourquoi la section de Flandre-Occidentale du réseau d'entreprises flamand Voka se lance dans un Tour de Wallonie. Les entreprises de Flandre-Occidentale comptaient 6 388 postes à pourvoir l’année passée, soit 2 000 de plus que l’année précédente.

Veronique Elskens, Associate Director chez Robert Half Flandre-Occidentale, applaudit l’initiative du réseau Voka. Les entreprises de Flandre-Occidentale doivent chercher des candidats plus loin qu’autrefois. Veronique Elskens attire l’attention sur quelques points importants, aussi bien pour les candidats que pour les entreprises. Les entreprises de Flandre-Occidentale attachent beaucoup d’importance à l’intégration culturelle du candidat : « L’attitude d’un candidat ne doit pas être sous-estimée. Les entreprises de Flandre-Occidentale auront naturellement tendance à choisir les candidats qui peuvent être de véritables partenaires professionnels et sont capables de nouer des relations internes fortes avec d’autres divisions. Cela signifie aussi que les candidats dans cette région doivent tenir compte de la culture historique et des particularités des entreprises de Flandre-Occidentale. Ceux qui sont pragmatiques, ont l’esprit pratique et les deux pieds sur terre, ne racontent pas trop de boniments et font preuve de bon sens, sont à leur place ici. Nous avons également constaté que les entreprises de Flandre-Occidentale sont plus ouvertes aux profils (wallons, français et/ou locaux) qui manquent peut-être un peu d’expérience mais ont la bonne attitude. Les entreprises cherchent des collaborateurs qui correspondent parfaitement à leur culture. »

Pour attirer les bons talents, de nombreuses entreprises flamandes s’établissent aussi dans la région de Mouscron, ajoute Veronqiue Elskens« Outre la Flandre-Occidentale, la région de Mouscron est elle aussi en plein développement et la demande pour des talents bilingues est forte dans les deux régions. Cela fait des années que nos bureaux à Charleroi et Roeselare collaborent de façon intensive afin d’échanger les meilleurs talents. » Solange Meunier, Branch Manager chez Robert Half Charleroi, confirme l’enthousiasme des francophones à aller travailler en Flandre et constate que les entreprises flamandes font des efforts pour attirer les talents : « De plus en plus de candidats sont prêts à travailler de l’autre côté de la frontière linguistique. En outre, un grand nombre d’entreprises flamandes proposent un cours de néerlandais pour attirer ces talents. »

Par ailleurs, les entreprises de Flandre-Occidentale devront se mettre en frais pour vanter leurs qualités d’employeur, conclut Veronique Elskens« Pour attirer les talents locaux et wallons, les entreprises de Flandre-Occidentale vont devoir promouvoir leur image d’employeur. Elles expliqueront ainsi qui elles sont, ce qu’elles font et pourquoi il est agréable de travailler chez elles. Nous voyons que les entreprises de Flandre-Occidentale les plus performantes mettent en avant une culture basée sur des valeurs, des besoins et des idéaux partagés. »

Partagez cette page