Upskilling: pas une tendance, mais un must

Publié par Robert Half le 10/03/2020

L’évolution digitale a considérablement changé notre marché du travail. Le collaborateur qui cherche à se maintenir sur le marché du travail de l’avenir, doit, plus que jamais, se recycler et se perfectionner. L’upskilling, ou l’apprentissage de compétences supplémentaires, devient dès lors essentiel. Quels en sont les avantages pour vous en tant qu’employeur ? Et de quelle manière faut-il s’y prendre ?

Upskilling: les avantages

L’impossibilité de pouvoir se développer professionnellement, constitue une des raisons les plus importantes pour laquelle vos collaborateurs quittent l’entreprise. C’est précisément en leur offrant cette possibilité dans plusieurs domaines, que vous obtiendrez des collaborateurs loyaux et motivés, qui se sentiront respectés. Investir dans vos collaborateurs renforce également la position de l’entreprise même. Vous serez armé pour l’avenir et moins sensible aux pénuries sur le marché.

Comment s’y prendre?

Les façons pour apprendre les compétences requises à vos collaborateurs sont multiples et peu coûteuses en temps et argent.

Microlearning

Le microlearning ou le micro-apprentissage est une modalité de formation en séquence courte, aisément gérable. Elle permet par exemple d’acquérir une nouvelle compétence à partir d’une vidéo de quelques minutes seulement. Cela pourrait être une vidéo avec un « vrai professeur » mais les vidéos d’animation ou l’infographie donnent également de bons résultats. De nombreux fournisseurs de software disposent de ce type de vidéos, ce qui réduit les frais d’investissement au strict minimum.

Ce type de formation se prête à merveille à l’apprentissage de nouvelles fonctions supplémentaires d’un programme qu’on utilise déjà. Mais il est également utile pour faire connaître, en quelques minutes de temps, la structure et le fonctionnement interne de l’entreprise aux nouveaux venus.

Entraînement virtuel

Les connaissances à acquérir doivent non seulement être aisément gérables mais elles doivent également être d’accès facile. De là l’importance d’une plateforme d’entraînement virtuel, au sein de l’organisation, qui permet au collaborateur de télécharger des vidéos et d’autres outils de formation au moment qui lui convient le mieux.

Les formations disponibles en ligne ont le grand avantage que les nouvelles connaissances acquises sont souvent mises en pratique tout de suite. Dans la plupart des cas, un collaborateur ne fait appel à celles-ci, qu’au moment où il en a directement besoin pour un projet ou une tâche spécifique. Les résultats d’une telle formation sont beaucoup plus efficaces qu’une formation globale à un moment quelconque.

Il est important cependant de prévoir que le collaborateur puisse à chaque instant recevoir du feedback. Il doit pouvoir poser des questions supplémentaires, débattre de cas spécifiques… Prévoyez donc un interlocuteur qui puisse réagir en connaissance de cause.

Mentoring et peer-to-peer-learning

N’oubliez pas que vos collaborateurs disposent eux-mêmes de beaucoup de connaissances et d’expertise. Utilisez ce capital humain pour permettre à d’autres employés d’atteindre les objectifs professionnels désirés. Il existe des programmes de mentoring par exemple où un mentor s’occupe de la formation des collaborateurs où ces derniers peuvent aussi le suivre pour certaines tâches (shadowing).

Le peer-to-peer-learning informel ou l’apprentissage par les pairs, devient à son tour de plus en plus populaire. Ici les collègues d’un organisme sont amenés à interagir et à se partager leurs savoirs. Il suffit de penser aux workshops donnés par des collaborateurs et aux projets où vous regroupez consciemment des personnes avec des compétences différentes.

Support financier

Il ne faut pas pour autant vous tromper. Les formations traditionnelles, comme les journées de perfectionnement externes, continueront à jouer leur rôle. Elles permettent d’assimiler davantage les connaissances et les soi-disant soft skills (compétences de communication, leadership...).

En tant qu’employeur, vous ne pouvez pas reculer devant cette responsabilité. En mettant à disposition un budget de formation, de préférence utilisable librement, vous supprimez déjà un seuil important pour le collaborateur. Ce dernier comprendra que l’apprentissage perpétuel tombe sous ses propres responsabilités. Il se rendra compte que l’upskilling n’est pas une simple tendance mais un must pour qu’il puisse continuer à maintenir ses valeurs dans l’avenir.

Plus d'articles...