Retourner chez son ancien employeur : comment faire ?

Publié par Robert Half 24/06/2016

Retourner chez son ancien employeur n’est depuis longtemps plus un signe de faiblesse. Si vous adoptez la bonne approche, ce retour peut même être bénéfique pour les deux parties. Le « recrutement boomerang » est même devenu, dans le monde des ressources humaines, une stratégie évidente, même si le phénomène est plus implanté aux États-Unis que chez nous. Vous envisagez de retourner chez votre ancien employeur ? Lisez nos conseils pour faire un retour gagnant.

Le « recrutement boomerang »

Aux États-Unis, quand les employeurs et les professionnels des ressources humaines réengagent un ancien employé, ils parlent de « recrutement boomerang ». Risqué, vous dites-vous ? C’est justement le contraire. Dans beaucoup d’entreprises, cette stratégie de recrutement s’avère être une grande réussite. Il ne faut pas réfléchir bien longtemps pour en comprendre les raisons. Un ancien employé :

  • s’intègre plus rapidement qu’un nouveau venu ;
  • connaît déjà la culture de l’entreprise ;
  • a acquis de l’expérience ailleurs ;
  • est généralement très motivé puisqu’il veut saisir sa « deuxième chance ».

Évidemment, ces éléments sont surtout des avantages pour l’employeur. Quels avantages y a-t-il pour vous, en tant qu’employé, à retourner travailler auprès de votre ancien employeur ? Si vous adoptez la bonne approche, cela peut vous rapporter beaucoup. Un salaire plus élevé, par exemple. Mais ce n’est pas tout.

Retourner chez son ancien employeur ? Oui, mais pas la queue entre les jambes !

Tout le monde a déjà fait un choix de carrière qui s’est ensuite avéré ne pas être le bon. Si vous êtes malheureux dans votre nouvel emploi, il viendra inévitablement un moment où vous devrez admettre que l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs. Dès lors, que faire ? En premier lieu, il vous faut examiner quelle carrière convient le mieux à vos compétences et à votre vision de l’avenir. Vous arriverez peut-être à la conclusion que vous n’étiez pas si mal dans votre ancien emploi et que vous êtes partis pour de mauvaises raisons. Mais comment faire pour revenir frapper à la porte de son ancien employeur ?

1. Ne coupez pas les ponts

Étape 1 : ne partez jamais en étant en désaccord avec votre patron ou vos collègues, il y aurait de grandes chances que la porte vous reste alors définitivement fermée. Terminez donc toujours en beauté : clôturez les projets en cours avec succès, transmettez des briefings positifs à votre successeur éventuel, et exprimez votre reconnaissance à l’égard de vos dirigeants(s) et collègues. Pensez à votre réseau !

2. Sachez ce que vous voulez

Avant de vous rendre chez votre ancien employeur, vous devez définir ce que vous attendez de votre nouvel emploi. Interrogez-vous ou faites éventuellement appel à un coach professionnel pour découvrir quel poste vous visez précisément et dans quelle mesure celui-ci doit différer de votre précédent emploi.

3. Communiquez de façon claire

Dès que vous savez dans quelle direction vous allez, il faut encore être en mesure de formuler clairement vos attentes. Négociez bien avec votre ancien employeur avant de signer ce nouveau contrat. Le contraire vaut également : votre ancien employeur doit lui aussi vous expliquer ce qu’il attend de vous dans votre nouvelle fonction au sein de l’entreprise.

4. Ne brûlez pas les étapes

Ne laissez pas la confiance entre vous et votre ancien employeur entraver votre processus de recrutement. L’expérience que vous avez acquise a modifié votre profil professionnel. Effectuez donc tous les tests et toutes les procédures que tout « nouveau » candidat devrait effectuer. Qui sait, elles vous donneront peut-être même, à vous et votre ancien employeur, de nouvelles idées qui se traduiront par de nouvelles attentes et de nouveaux objectifs.

De nouveaux (plus) grands défis

Il y a de grandes chances que votre nouvel emploi chez votre ancien employeur implique de plus grandes responsabilités que le poste précédent que vous y occupiez. Votre employeur s’attend donc à ce que vous vous donniez à 100 %, et c’est précisément ce que vous allez faire. Sachez toutefois que ce ne sera peut-être pas toujours aussi simple car vous devrez à nouveau faire vos preuves. Un retour implique en effet toujours des risques.

More From the Blog...