« Quelles sont vos attentes salariales ? » Examinons de près cette question délicate

Publié par Robert Half 05/07/2016

La question des prétentions salariales peut être bien difficile à négocier. Lisez ci-dessous cinq astuces vous permettant d’y répondre tout en faisant bonne impression. Deux ou trois détails peuvent faire tourner court le plus agréable des entretiens d’embauche. En particulier, la question redoutée « Quelles sont vos attentes salariales ? » en a mis dans l’embarras et fait balbutier plus d’un. Une question qui peut faire transpirer les plus aguerris des candidats. Lisez les conseils suivants pour augmenter vos chances de décrocher un emploi assorti de la rémunération souhaitée.

Conseil 1 : Savoir, c’est pouvoir : informez-vous !

Personne n’envisage un achat coûteux – comme une voiture – sans information préalable. Il n’en va pas autrement lorsqu’il s’agit d’estimer votre propre niveau salarial. Glanez des informations en suffisance en vous référant à des sources crédibles, telles que le Guide des Salaires de Robert Half qui vous renseignera sur les salaires pratiqués dans votre région et dans votre branche d’activité. Cette information vous aidera à garder calme et assurance lorsque la question de vos prétentions salariales vous sera posée. En effet, vous pouvez être certain que la personne qui vous interroge possède également cette information. En laissant subtilement entendre à votre interlocuteur que vous êtes au fait de la situation salariale dans votre branche, vous augmentez notablement vos chances de vous en sortir avec brio.

Conseil 2 : Reportez quelque peu la question des attentes salariales

​Si la question de vos prétentions salariales vous est posée très tôt pendant l’entretien d’embauche, il pourrait s’agir d’un test ou d’une tactique  de la part de votre interlocuteur. Contournez la question, par exemple de la façon suivante : « J’espérais pouvoir discuter de cette question plus tard ; nous en sommes encore au point de faire connaissance et de découvrir la manière dont je pourrais vous être utile. » Ce faisant, vous suggérez à votre interlocuteur que vous avez encore plus à offrir, et votre répartie vous donne la possibilité de faire impression. Il sera néanmoins indiqué de discuter de la rémunération après que les deux parties auront obtenu suffisamment d’informations l’une sur l’autre. Ainsi, elles pourront examiner ensemble si le courant passe.

Conseil 3 : Soyez flexible

Avant d’approfondir la question des attentes salariales, laissez entendre à votre interlocuteur que c’est de la totalité du paquet de rémunération que vous entendez discuter. Sont donc concernés des aspects tels que le nombre de jours de congé et d’autres avantages extra-légaux qui pourraient rendre votre parcours dans l’entreprise encore plus agréable. Votre interlocuteur sera sans doute satisfait d’entendre que les deux parties disposent donc de plus de marge de négociation.

Conseil 4 : Soyez transparent en ce qui concerne votre passé

​Bien entendu, personne d’autre que vous-même n’a d’opinion à avoir en ce qui concerne vos émoluments passés. Néanmoins, la plupart des interviewers chercheront à savoir combien vous gagniez dans votre fonction antérieure. Si votre salaire précédent se situait au-dessous de la moyenne salariale dans votre branche, adoptez une attitude franche à ce sujet et expliquez de manière proactive les raisons de cette situation. Il n’est pas inhabituel d’accepter un salaire en peu plus faible en contrepartie d’autres avantages ou d’un nombre supplémentaire de jours de congé. Dans d’autres cas, les budgets réduits de l’entreprise justifient le niveau de salaire.

Conseil 5 : Montrez ce que vous valez

​Si c’est possible, efforcez-vous, avant l’entretien, de savoir quelle rémunération votre nouvel employeur potentiel a l’intention de réserver à la fonction. En effet, si le salaire ne correspond pas du tout à vos attentes, vous pouvez poliment décliner l’invitation à l’entretien d’embauche. Il est toujours possible que l’entreprise où vous postulez ne dispose tout simplement pas du budget nécessaire pour vous prendre à son service. Une proposition de salaire plus faible ne doit cependant pas vous faire mettre un terme aux négociations si vous voulez vraiment le poste en question. Dressez une liste de toutes les raisons pour lesquelles votre interlocuteur devrait vous considérer comme un investissement et un enrichissement, plus qu’un autre candidat. Que ce soit, par exemple, en raison de vos compétences supplémentaires, ou en raison de votre réseau exceptionnel.

Mettez ces conseils à profit ; montrez ce que vous valez et vous serez en meilleure position pour négocier votre salaire.

Ce billet est basé sur l’article “What’s your expected salary?’ – Tackling the big interview question” paru sur le blog Worklife Asia.

 

More From the Blog...