Politique de bureau : pourquoi la diplomatie constitue-t-elle toujours une bonne idée ?

Publié par Robert Half 29/12/2016
Le nouveau président américain a été choisi, et les prochaines élections en Belgique n'auront lieu qu'en 2018. Toutefois, la politique ne s'accompagne pas d'une date de péremption et il y a de fortes chances que des sujets de conversation surviennent pendant les mois suivants (à la machine à café, autour de l'imprimante, durant la pause de midi …). En outre, la plupart des employés ont également recours à la ‘politique de bureau’. Découvrez comment reconnaître les frotte-manches et les lobbyistes parmi vos collègues, mais apprenez surtout à adopter la politique de bureau de la meilleure façon qui soit.

 

Pourquoi la politique de bureau n'est-elle pas automatiquement néfaste ?

La politique de bureau revêt souvent une connotation négative. Néanmoins, elle ne doit pas inéluctablement être mauvaise. Bien que la majorité des personnes l'associent avec des commérages ou du frottage de manches, il est aussi possible de l'appliquer de manière positive - et sans causer des dommages à vos collègues. Imaginez un instant : vous êtes totalement convaincu des avantages du télétravail et vous disposez d'une série d'arguments. Si vous parvenez à persuader votre patron et vos collègues, c'est alors évidemment dans la poche.

Plusieurs types de "politiciens de bureau"

Les personnes responsables de la mauvaise réputation de la politique de bureau sont difficilement identifiables. Il est question, dans toutes les entreprises, de petits jeux politiques ou de quelques collègues friands de potins en tous genres. Là où vous tissez des liens avec vos collègues en racontant des histoires intéressantes, les commères vont un peu plus loin. Les théories et les spéculations non fondées ne sont plus innocentes, mais tout simplement dommageables. Heureusement, tout le monde ne s'adonne pas à la variante négative de la politique de bureau ; loin de là. Vous ne devez dès lors absolument pas mettre votre intégrité en jeu pour atteindre un objectif. Cependant, il convient de prendre conscience de la politique de bureau et de déterminer vous-même votre propre limite en la matière.

Comment aborder la politique de bureau ?

Le fait que vous souhaitiez faire carrière de façon honnête et intègre ne signifie pas que tous vos collègues pensent comme vous. Voici par conséquent quelques recommandations vous permettant de contrôler les petits jeux politiques sur votre lieu de travail :

  • Sachez ce qu'il se dit dans l'entreprise. Qui parvient à user correctement de son influence ? Qui défend quels intérêts ? Et qu'en est-il des relations entre les collègues ? Si vous vous posez ce genre de questions, vous êtes alors en mesure de mieux aborder, nuancer et ignorer les commérages éventuels.
  • Restez positif. Même s'il est parfois tentant de se laisser emporter, il vaut mieux éviter les médisances, car elles englobent un aspect néfaste pour l'ambiance sur le lieu de travail. Mieux encore : vous pouvez même activement faire obstacle aux commérages en disant par exemple quelque chose de positif sur la personne en question. En étant (sincèrement) sociable, vous courez aussi moins de risques de devenir vous-même la victime de ragots : si vos collègues vous apprécient, ils vous accorderont alors une liberté plus importante.
  • Ne vous mêlez pas des commérages. Si les médisances colportées autour de l'imprimante ou à côté de la machine à café vous dérangent, faites tout simplement savoir que vous avez bien mieux à faire. Ce faisant, il est très probable que les commères se rendent compte de leur comportement mesquin et qu'ils cessent. Si la situation dépasse vraiment les bornes, il serait alors judicieux de confronter gentiment le collègue en question avec son comportement. Le harcèlement sur le lieu de travail se retrouve parfois dans de petites choses - tout comme le remède d'ailleurs.
  • Préparez-vous correctement aux réunions. Ce conseil semble peut-être aller de soi, mais la majorité des personnes se focalisent uniquement sur ce qu'elles veulent dire et omettent dès lors qu'elles doivent en fait créer une base pour voir leurs idées devenir réalité. Cela peut être mis sur pied en vous rendant, par exemple, auprès des collègues ayant beaucoup d'influence et en demandant, de façon informelle, ce qu'ils pensent de votre proposition. Si vous les impliquez de cette façon dans votre projet, vous augmentez alors vos chances de bénéficier de leur soutien.
  • Enfin, argumentez l'apparition de vos idées. Si des collègues devaient injustement se les approprier, vous disposez alors de la preuve que vous pourrez éventuellement soumettre à votre responsable. Défendre vos intérêts est le message principal à retenir !

More From the Blog...