Négocier son salaire de départ : quelques conseils

salaire d’embauche

L’art de négocier : ce n’est pas donné à tout le monde, mais il faudra bien vous lancer un jour ou l’autre au cours de votre carrière. En tant que novice sur le marché de l’emploi, votre marge de négociation est faible, surtout comparativement à un candidat qui dispose déjà d’une expérience professionnelle. Mais cela ne doit pas vous empêcher de négocier votre salaire de départ. Car en fin de compte, vous n’avez certainement pas envie de vous sentir sous-payé dans quelques mois, n’est-ce pas ? Nous vous présentons le bon angle d’attaque. À vous de prendre le taureau par les cornes.

Adopter la bonne posture

La plupart des novices sous-estiment leur valeur par rapport à un employeur et se comportent en conséquence. Ils considèrent l’intervieweur comme un parent ou un professeur : quelqu’un qui, par nature, leur est ‘supérieur’. Grossière erreur. Car se placer en position d’infériorité crée (inconsciemment) une impression d’insécurité et de crainte de l’autorité. Deux traits de caractère qui ne permettront pas de convaincre un employeur potentiel de votre confiance en vous. Préparez-vous à l’entretien et dressez la liste de vos atouts. Assurez-vous également des points positifs que vous avez à offrir à votre futur employeur (et auxquels vous n’avez peut-être pas encore pensé).

  • Votre ‘malléabilité’. En tant que nouveau venu sur le marché de l’emploi, vous êtes comme une feuille vierge. C’est intéressant pour un employeur qui souhaite investir en vous et prévoit par exemple des formations. (Attention : veillez à rester critique. ‘Malléable’ ne signifie pas ‘trop docile’.)
  • Votre motivation et votre envie de faire vos preuves. Décrocher votre premier emploi marque le début d’une aventure passionnante qui vous mènera quoi qu’il en soit à bon port.
  • Votre soif d’apprendre. Vous souhaitez enfin mettre en pratique les connaissances acquises à l’école ou les compléter par un savoir-faire plus approfondi.
  • Votre concentration sur le travail. Vous n’avez sans doute pas encore d’enfant ou de parents âgés dont vous devez vous occuper et vous pouvez donc vous consacrer à 100 % à votre emploi. Mais ... rien ne vous interdit d’aller prendre un verre de temps en temps.

Prenez conscience de ces atouts, car ils vous apportent une force de négociation. Se placer en position d’infériorité empêche généralement d’obtenir le niveau de salaire espéré.

Faire des recherches

À présent que vous avez énuméré vos atouts personnels, il est temps de considérer les facteurs objectifs qui peuvent influencer la négociation de votre salaire de départ.

  • Renseignez-vous sur le salaire de base acceptable pour la fonction que vous ambitionnez. 
  • Informez-vous sur la stratégie salariale de l’entreprise (CCT, échelles salariales, avantages extralégaux, etc.)
  • Demandez conseil à des négociateurs nés dans votre cercle d’amis et de connaissances. Quiconque a une expérience professionnelle, a aussi une expérience de la négociation. Tirez les leçons de leurs succès et de leurs erreurs !

Téléchargez notre Guide des Salaires

Préparer l’entretien d’embauche

Tenez compte de tous les scénarios possibles. Préparez-vous aux questions traditionnelles des entretiens d’embauche et déterminez pour vous-même ce que vous voulez absolument obtenir de la négociation : vos ‘non-negotiables’, si l’on peut dire. Que faire si l’on vous refuse une voiture de société ? Combien aimeriez-vous gagner et sous quelle limite salariale ne voulez-vous absolument pas descendre ? Comment réagir si on vous propose un salaire variable ? Quels avantages extralégaux vous paraissent-ils intéressants ? Plus précis vous serez dans ce que vous désirez, plus ferme vous serez dans la négociation.

La négociation du salaire de départ dans la pratique

Vous vous retrouvez enfin en tête-à-tête avec votre futur patron ? Abordez cet entretien de façon réfléchie (voir ci-dessus) et surtout, restez toujours calme et courtois. Ne demandez pas de salaire exubérant, car vous manquerez vite de crédibilité. Tâchez d’évaluer votre partenaire de négociation sur la base de son attitude corporelle et de ce qu’il dit (ou ne dit pas). Posez des questions. Et ne prenez pas de décision immédiate si le salaire proposé ne vous convient pas. Demandez simplement la possibilité d’y réfléchir jusqu’au lendemain. 

Tags: Étudiant

Partagez cette page