La motivation de votre personnel : quel est son impact ?

Publié par Robert Half 14/03/2017

Il est de notorité publique que le moral du personnel et l’ambiance au travail sont déterminants pour la motivation de vos collaborateurs. Personne n’aime arriver le matin dans un endroit où les collègues se disent à peine bonjour, où des plaintes incessantes retentissent chaque jour et où les anniversaires et petits succès passent inaperçus. Mais la motivation de votre personnel a-t-elle aussi un impact direct sur les performances de votre entreprise ? Et si oui, comment pouvez-vous agir en tant qu’employeur pour que votre personnel se sente bien au travail et collabore avec entrain ?

 

À quel point le travailleur belge est-il motivé ?

Une étude de Securex révèle qu’environ un travailleur belge sur cinq n’est ni motivé, ni passionné par son travail. Un quart des travailleurs affirment que leur employeur représente peu pour eux et qu’ils ne se sentent pas liés à leur organisation. 23 % ne défendraient même pas leur employeur par rapport à d’autres. Ces chiffres impressionnants coûtent beaucoup à votre entreprise, non seulement parce que les performances des collaborateurs sont moindres, mais aussi parce qu’ils sont plus souvent absents, offrent un service de moins bonne qualité et cherchent plus rapidement un autre emploi. L’inverse est, bien sûr, tout aussi vrai : les employés motivés…

  • … sont prêts à passer à la vitesse supérieure et à fournir des efforts supplémentaires.
  • … prennent des initiatives et participent aux processus d’amélioration.
  • … sont productifs, énergiques et enthousiastes, ce qui se reflète sur leurs collègues.
  • ... sont peu absents et restent plus longtemps chez le même employeur.

Même si un travailleur insatisfait ne semble pas tout de suite inquiétant, le phénomène peut prendre de l’ampleur et finir par causer des dégâts considérables. Non seulement auprès du reste de votre personnel, mais aussi parmi vos clients. Une critique désastreuse d’un client insatisfait peut porter atteinte à votre réputation de manière irrémédiable. De plus, le départ d’un collaborateur peut avoir de sérieuses conséquences financières.

La motivation autonome est vitale

Même si nous considérons souvent la motivation comme un bloc monolithique, ce terme se subdivise en plusieurs catégories. La théorie de l’auto-détermination, l’une des théories les plus récentes sur le sujet, établit ainsi que plus de motivation ne génère pas nécessairement de meilleurs résultats si son origine est externe et non interne. Les scientifiques distinguent la ‘motivation contrôlée’, lorsque le travailleur ressent une pression interne ou externe pour livrer des résultats, et la ‘motivation autonome’, lorsque le collaborateur travaille volontiers de lui-même, parce qu’il trouve que son emploi a du sens ou qu’il est passionné. Les employeurs ont donc intérêt à stimuler cette dernière. En effet, ce type de motivation garantit plus de productivité et de meilleurs résultats.

Maintenir la motivation de votre personnel

Si vos travailleurs sont motivés et satisfaits, leur attitude vis-à-vis du travail changera, tout comme celle de leurs collègues, de leurs managers et l’organisation en général. Heureusement, il existe plusieurs façons  d’initier ce changement.

1.      Créer un dialogue ouvert

Dans la plupart des entreprises, la communication se fait de manière descendante. Les employés doivent écouter ce que les employeurs ont à dire. En inversant les rôles, vous prenez le pouls de l’entreprise et les problèmes ne risquent pas de s’amplifier. En outre, vous pouvez montrer à votre personnel que son avis compte, ce qui favorise l’engagement et l’assiduité au travail. Si vous proposez des choix pertinents à vos collaborateurs, ils auront moins l’impression que le travail leur est imposé et bénéficieront de plus d’autonomie.

2.      Offrir des formations et un accompagnement

Généralement, les travailleurs démotivés trouvent qu’ils n’utilisent pas au mieux leurs talents et capacités ou ont l’impression que leur fonction les dépasse et qu’ils ne reçoivent pas assez d’aide. Quelle que soit leur situation spécifique, les membres de votre personnel ont besoin de formation pour affiner leurs compétences et en acquérir de nouvelles. En les laissant décider de leur parcours professionnel, ils auront davantage confiance en eux et développeront un lien plus fort avec ‘leur’ entreprise.

3.      Promouvoir un style de vie (plus) sain

Bien que cet aspect ne fasse pas à proprement parler de votre sphère d’influence, des travailleurs en bonne santé mentale et physique sont aussi plus heureux. Ils sont, en outre, moins souvent malades et leur productivité est plus élevée. Il est donc fondamental d’encourager, par exemple, votre personnel à se lever ou à marcher pendant cinq minutes toutes les heures. Ce petit effort booste énormément le moral et le niveau d’énergie. Enfin, en tant que manager, vous appréciez peut-être les collaborateurs qui travaillent de longues journées. Or, un concours de « qui travaillera le plus » n’augmente pas la productivité mais le nombre de burnouts.

4.      Récompenser le bon travail

Lorsque les membres de votre personnel s’investissent pour l’entreprise, ils doivent savoir que leurs efforts seront récompensés. L’effort à fournir n’est pas grand : vous pouvez par exemple les complimenter pendant une réunion de personnel ou, si vous voulez féliciter toute l’équipe, leur offrir un repas de midi.

Ce qui motive le personnel diffère d’organisation en organisation, mais les règles de base restent partout identiques. Si vous écoutez les besoins de vos collaborateurs et agissez en conséquence, la motivation, l’engagement et la productivité suivront presque d’eux-mêmes.

Plus d'articles...