Comment répondre aux collaborateurs qui demandent une augmentation de salaire

Publié par Robert Half 08/07/2016

Vous ignorez quelle perception votre collaborateur a de son salaire ? Ce n’est que lorsqu’il vient frapper à votre porte que vous savez ce qu’il en est. Faire face à une négociation salariale… est le lot de tout employeur, tôt ou tard ! Les conseils suivants aideront les responsables à ménager une réponse appropriée aux collaborateurs qui viennent solliciter une augmentation de salaire.​

 

1. Prenez la demande d’augmentation de salaire au sérieux

Nombre d’employeurs ont tendance à répondre d’abord par la négative à une demande d’augmentation de salaire. Même face à une demande qui vous paraît surprenante, évitez de réagir impulsivement et prenez la question au sérieux.

Un bon manager doit être informé des performances de ses collaborateurs, et un bon collaborateur doit savoir à quoi s’en tenir quant à ses propres qualités. Les deux parties ne sont pas toujours sur la même longueur d’ondes, mais cela fait partie du processus de négociation. Les responsables doivent être prêts à discuter.

Conseil pratique : écoutez attentivement les raisons avancées par le collaborateur pour solliciter cette augmentation. Exposez à votre tour les paramètres de la fonction et vos propres attentes, de manière à ce que l’employé saisisse clairement quels sont les critères qui permettent d’octroyer un salaire plus élevé.  

2. Évitez les tensions pendant l’entretien

Demander une augmentation de salaire peut être difficile pour un employé. La démarche comporte souvent une belle part d’irritation et de mécontentement issue du sentiment de ne pas être apprécié à sa juste valeur. En outre, des émotions peuvent faire déraper la situation au cours du processus de négociation. C’est pourquoi il s’avère généralement souhaitable de reporter les négations jusqu’à un moment où les émotions seront retombées. Soucieuses d’éviter de telles tensions, de nombreuses organisations organisent régulièrement des cycles d’évaluation des performances – notamment une évaluation semestrielle dans le cadre de laquelle l’employeur comme l’employé ont tout le loisir de discuter de la rémunération du travail. Qui plus est, les primes annuelles accordées en fonction des KPI réalisés représentent une belle récompense financière des efforts fournis.

3. Consultez un guide des salaires

Veillez à être informé du niveau compétitif de salaire pour un poste donné avant de vous asseoir à la table des négociations. Comparez la situation avec un guide des salaires pertinent au niveau sectoriel. Il arrive souvent qu’un collaborateur ne sache pas « ce qu’il vaut » et bénéficie déjà d’un salaire plus élevé que la moyenne pour la fonction qu’il exerce. Ce type d’outils vous aidera à étayer votre argumentation. Vous pouvez également contacter un recruteur ou votre responsable RH pour avis en ce qui concerne les références salariales actuelles avant de prendre une décision.

4. Examinez les performances de l’employé

Face à une demande d’augmentation de salaire, les résultats réels ont davantage de poids que les promesses d’avenir. Il est plus souhaitable de prendre une décision sur la base des performances actuelles, en ménageant la possibilité de gagner plus si un objectif précis est réalisé.

Réfléchissez à la possibilité de prendre en considération une « note pour le travail d’équipe » dans vos critères. Ce faisant, la rémunération n’est pas exclusivement basée sur les performances personnelles, mais également sur la valeur ajoutée que le collaborateur représente pour l’équipe. Dans ce cas, l’employeur doit clairement préciser que l’employé atteindra ses objectifs plus rapidement s’il obtient de bonnes notes vis-à-vis des valeurs de l’entreprise, des KPI et du travail d’équipe.

5. Proposez une alternative non financière

Les employés sollicitent souvent une augmentation de salaire parce qu’ils estiment qu’ils la méritent ou parce qu’ils ont le sentiment que leurs efforts soutenus sont insuffisamment récompensés. Si l’entreprise n’est pas financièrement en mesure de consentir à cette augmentation, les avantages complémentaires peuvent peut-être constituer une alternative attrayante. Au rang de ces avantages, notons par exemple la possibilité de disposer de plus d’heures flexibles ou  la formation à une nouvelle fonction dans laquelle le collaborateur aura davantage de possibilités de s’épanouir. Exposez ces alternatives lors des négociations.

En prenant en considération la demande de l’employé, en adoptant une attitude transparente et en réfléchissant aux besoins de l’entreprise, les employeurs contribuent à créer une atmosphère positive de négociation.

Basé sur l’article original paru sous le titre “Best ways to address an employee’s pay rise request” sur le Work Life Blog de Robert Half Australie.

More From the Blog...